Archives mensuelles : août 2014

Fièvre

image

Il s’agit de la suite de Frisson.

Grace et Sam ne se quittent plus, mais leur avenir s’annonce fragile. Sam se débat avec son passé de loup qui lui colle à la peau. Grace, elle, se heurte à l’autorité de ses parents et souffre d’une étrange fièvre, qui pourrait bien mettre son amour, et sa vie, en péril. Survient alors Cole. Lui aussi doit affronter ses démons, et il menace encore plus l’équilibre précaire qui s’est instauré à Mercy Falls. Quant à Isabel, elle ne se pardonne pas la mort de son frère, mordu par les loups. Irrésistiblement attirée par Cole, elle sait pourtant que lui ne rêve que de rejoindre la meute.

Dans ce tome, 2 nous personnages apparaissent (enfin, il s’agit plutôt du fait qu’un personnage du tome 1 et plus approfondi et qu’un autre apparaît lui, réellement).
Ces personnages sont donc Isabelle (du tome 1) et Cole.

Si j’ai adoré le personnage de Cole, ce ne fu pas le cas de celui d’Isabelle. Elle m’a énervé tout le long du roman.

Pour le reste, nous retrouvons bien sûr Grace et Sam et la ville est toujours la même.
L’histoire est un peu plus plate que dans le tome 1 mais reste agréable à lire.
Je suis donc un peu déçue, mais vraiment légèrement et je pense que je vais essayer de me procurer le tome 3.

Ce roman fini donc sur une note de 8/10.

Publicités

Frisson

image

Après avoir lu Sous le signe du scorpion (dont je ferai la chronique plus tard car je compte le relire) du même auteur, j’ai chercher à lire d’autres oeuvres de Maggie Stiefvater.

Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. Attaquée par une horde de loups six ans auparavant, elle a survécu grâce à l’un des loups de la meute. Les années ont passé, et un lien mystérieux s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. Lorsqu’un élève de son lycée est mortellement attaqué, des chasseurs sont lancés. Le loup de Grace est touché. Peu de temps après, elle trouve sur le pas de sa porte un jeune homme au regard étrangement familier… Premier volet d’une trilogie, « Frisson » est l’histoire émouvante d’un amour hors norme.

Bon, je ne suis vraiment pas une adepte des histoires d’amour, mais cette fois-ci j’ai été conquise.

Les personnages sont tellement attachant (surtout Sam pour ma part), le contexte n’est pas trop tiré par les cheveux même si c’est tout de même du fantastique.
La partie des loups est vraiment exceptionnel mais étant donné ma passion maladive pour ces animaux je pense que cette partie n’en fascinera pas autant que moi.

Le style de l’auteur est poétique et légé; c’est tellement agréable de le lire ! J’ai tout simplement dévoré ce livre en 2 jours (j’aurais pu le faire en quelques heures si je n’avais pas toutes ces séries à regarder).
Ce fu donc une très bonne lecture pour ma part et je lui attribue la note de 9/10.

Eragon Tome 1

image

Ayant adoré le film, j’avais décidé il y a quelques temps de lire la saga Eragon (tout du moins le premier tome)

Voilà bien longtemps que le mal règne dans l’Empire de l’Alagaësia… Et puis, un jour, le jeune Eragon découvre au coeur de la forêt une magnifique pierre bleue, étrangement lisse. Fasciné et effrayé, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit très simplement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’une oeuf, et qu’un dragon, porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui-même, va en éclore… Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter, avec son jeune dragon, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.
Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains ! 

Alors première chose, le livre n’a pratiquement aucun rapport avec le film. J’entend par là que l’histoire a complètement été dénaturalisée et même modifiée.

Dans ce tome nous est présentée l’histoire d’Eragon, un jeune paysan vivent avec son oncle et son cousin, qui trouve par hasard dans la montagne une grosse pierre bleue que si révèle être en réalité un oeuf de dragon. De là né la légende d’Eragon et de Saphira sa dragonne.

Étant une grande amatrice de film de guerre médiévales et mythologiques, je voulais voir si dès livres relatant les même faits me plaisaient également. Et bien ce ne fu pas le cas.

Certes le tome est un peu long (679 pages en poche) ,mais ça n’excuse pas les longueurs durant plusieurs chapitres où il ne passait pratiquement rien. Je pense que le fait qu’il soit long n’y est pour rien, les 1031 pages du tome 5 d’Harry Potter ne m’ont pas dérangée du tout.
Alors  peut-être est-ce le jeune âge de l’auteur ? Je n’en sait rien, mais en tout cas je me suis ennuiée pendant tout le long.

Je finirai donc par dire que je suis déçue de ce livre dont j’en attendais tant, et je lui attribue la note de 5/10

Qui es-tu Alaska ?

51wqTAwkFGL._SS500_

 

J’en avais beaucoup entendu parlé, et quand je l’ai enfin trouvé dans un magasin pendant ces vacances j’ai craqué.

« Miles Halter a seize ans mais n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire : ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l’insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante. »

Je dois avouer qu’au début, j’étais un peu surprise. Etant donné que c’était mon premier John Green, je ne connaissais pas le style de l’auteur et ce fut une grande surprise pour moi. J’avais d’abord trouvé ce style quelque peu fade, voir même lourd. Mais au bout de 100 page, j’ai complètement adhéré ! Comme précisé par Green au dos, ce roman nos montre les faits, et uniquement les faits.

A travers ce roman, nous suivons la vie de Miles, cet ado qu’on qualifierai de nos jours d’un « looser » qui quitte sa famille pour partir dans un pensionnat. Arrivé là-bas, il va faire des rencontre extraordinaires et sa vie changera du tout au tout. On ne s’attend à rien, on ne sait pas où l’auteurs va nous mener et on est prit dans cette spirale qui nous pousse à aller à la fin de ce livre le plus vite possible.

J’ai dévoré cette merveille en 2 jours. J’aurais voulu faire durer le plaisir plus longtemps, mais impossible de s’arrêter de lire.

Ce fut donc mon premier John Green, et je pense que ça ne sera pas le dernier.

Un 10/10 s’impose.

L’île au trésor

QUIZ_LILE-AU-TRESOR_3785

 

C’est donc sur un grand classic du XIXème que j’inaugure ce blog destiné à mes chroniques littéraires.

Ayant un père fan de piraterie et de navigation et une mère particulièrement sensible aux oeuvres classiques, je me suis quelque peu sentie obligée de lire ce roman pour ne pas « briser la tradition familiale ».

« L’aventure fait irruption dans la vie de Jim Hawkins le jour où un vieux marin balafré vient s’installer à l’auberge de ses parents. Pourquoi l’homme a-t-il peur ? Qui veut lui faire la peau ? Le secret de l’île au trésor devient bientôt celui de Jim. Sur le navire qui les mène vers le trésor, Jim et ses amis sont en grand danger. Echapperont-ils aux pirates, prêts à verser le sang pour s’emparer de l’or ? »

En ce qui concerne les personnages, on ne s’y attache pas, on ne ressent aucune émotion. C’est comme si on regardais les scènes se dérouler sans rien savoir de plus que ce que l’on voit et c’est assez frustrant de ne rien savoir de plus sur ces intrépides pirates. Je ne pourrais pas dire que je m’y attendais mais presque, cette oeuvre date quand même de 1883. 

En revanche, l’histoire n’est pas plate et connait de nombreux rebondissement. L’époque et le lieu sont inconnu dans ce livre, ce qui laisse une grande part de mystère que j’ai apprécié.

En lisant tout ce que j’ai décrit ci-dessus, on peu naturellement penser que j’ai aimé ce roman, ce qui n’a pas été le cas. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi, mais j’ai mis pratiquement une semaine à le lire, alors que mon édition ne faisait que 190 pages (peut-être que le fait qu’il soit écrit dans une police approchant les 6 y soit pour quelque chose ?). En tout cas, je n’arrivais décidément pas à le finir, même en le lisant régulièrement. Je pense que je n’ai pas du me plonger dans cette histoire à cause de mon manque d’intérêt porté au monde naval.

Pour finir, je vais tout de même noter ce livre en lui donnant un 5/10, pas médiocre, mais pas bon non plus.